Le morcellement des terres et la désorganisation du secteur freinent la productivité. L'insécurité alimentaire touche également les quartiers populaires des grandes zones urbaines, alimentés par un exode rural important et une croissance démographique exponentielle, et ne bénéficient pas d’une croissance économique suffisante. Les terres cultivables représentent un potentiel de 36Mha, dont moins de 10% (les plus riches, les plus accessibles et irrigables) sont effectivement exploités. Comme la plupart des pays en développement, Madagascar est un pays à vocation agricole. Vers 1900, la densité de la population malgache est faible (4 hab/km²) et très inégalement répartie sur le territoire. C'est dans ce cadre de sous région que Madagascar a paraphé un APE intérimaire, le 12 décembre 2007, qui exclut pour ce pays un nombre important de biens agricoles dont le coton, le cacao, le café ou encore le sucre. Mougeot LJA, CRDI (1995). Cette décision a entraîné la suspension de la coopération de l’UE, notamment en terme d'aide budgétaire. Les clous de girofle, le poivre, la cannelle, le gingembre constituent les principales épices produites. Madagascar occupe le deuxième rang mondial après l'Indonésie des pays producteurs de vanille. Dans tous les pays la part de l’emploi agricole dans l’emploi total diminue. Diverses stratégies ont été mises en place par le gouvernement et les différents acteurs du pays (Finance Inclusive, Formation Agricole et Rurale, Financement Rural, Mécanisation Agricole, etc.) Cependant, la pression anthropique, l’exploitation forestière incontrôlée et les pratiques agricoles souvent destructrices mettent en péril la biodiversité exceptionnelle et le patrimoine naturel fragile de Madagascar. À cette occasion, le président malgache Hery Rajaonarimampianina qualifie l'agriculture de principal levier de l'économie de Madagascar[31], tout en rappelant que celle-ci n'a cessé de régresser ces dernières années[15]. En cause, des pratiques culturales inadéquates et une accentuation des aléas climatiques provoquant une mauvaise floraison. Nous embarquons en gare de Sambahavy pour une grande journée de voyage pittoresque et haut en couleur. Grâce à ces efforts, les exportations restent stables. Le développement rural de Madagascar doit relever six défis majeurs portant sur le foncier, la micro-finance, la révolution verte, les marchés, l’agro-business et la valorisation des produits. arables non affectées à l’agriculture. Certains projets de formation-développement en cours ont pour objectif de rénover le système de formation professionnelle agricole pour l'adapter aux besoins du monde rural. Le COLEACP (Comité de Liaison Europe-ACP), en collaboration avec un consortium d'organisations européennes spécialisées dans la sécurité sanitaire des aliments dont la Direction générale de l'alimentation (DGAL), le CIRAD, l’ANSES, le GIP FVI et l'École Nationale des Services vétérinaires (ENSV) sont membres, s'est vu confier par l'Union européenne la mise en oeuvre du programme EDES. LES FEMMES DU MILIEU RURAL ET LE DEVELOPPEMENT SOCIO-ECONOMIQUE A MADAGASCAR . Le secteur agricole représente 29,1% du PIB du pays et emploie plus de 80% de la population active. Il fait partie du Groupe Africain, groupe essentiellement géographique qui n’a pas de position générale commune sur les négociations OMC, si ce n’est la promotion des intérêts des pays en développement et en particulier des PMA. En 2017, la société exploite 120 grottes et a saisi 30% du marché des engrais dans le pays[25]. Chaque année, Madagascar doit importer entre 200 000 et 500 000 tonnes de céréales, ce qui représente 5 à 15 % de … Les ONG françaises (AFDI, AVSF, GRET, APDRAF, FERT) et la coopération régionale interviennent dans ce secteur. La mise en place de l'accord intérimaire a mis en sommeil les négociations de l'accord complet, comprenant notamment un volet développement. Il s’agit pour la plupart d’exploitations familiales de petite taille (0,8 ha de moyenne) et très morcellées. Par exemple, le riz blanc makalioka est une espèce fragile propre au pays, et son rendement est menacé par les changements climatiques récents[15]. Avec une production annuelle de l'ordre de 100 000 tonnes, Madagascar est le troisième pays producteur dans le monde après la Chine et l'Inde. L’évolution de six gaz fait l’objet d’un suivi : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane(CH4), le protoxyde d’azote (N2O), ainsi que les HFC, NF3 et SF6. Ces organisations paysannes sont appuyées par des ONG, dont AFDI (Agriculteurs français et développement international) présente à Madagascar depuis 15 ans. L’enseignement supérieur agronomique et vétérinaire est intervenu avec les partenaires malgaches dans les domaines de l’agriculture, de l’halieutique et de l’environnement. Aux problèmes évoqués ci-dessus s’ajoutent les vols de bovins, assez fréquents, qui entrainent des affrontements parfois meurtriers entre les « dahalos » (voleurs de bétail) et les villageois ainsi qu’avec les forces de l’ordre. En 2003, le président Ravalomanana déclare : « Il n'est pas du tout normal que nous importions du riz. L’AAFEX a bénéficié d’un appui financier du MAAF qui soutient en particulier le programme qualité de cette association visant à renforcer les démarches de sécurité et qualité des entreprises membres pour leur permettre d’améliorer leurs exportations. Outre les questions d'intégration régionale, la négociation en cours d'un APE complet porte sur les règles d'origine, les sujets non-tarifaires et la fixation définitive de la liste des produits sensibles. Chez les êtres humains, la pollution augmente la fréquence de certains cancers, des maladies respiratoires et de la mortalité as… En 2015, pour lutter contre le paludisme, le gouvernement malgache et l'USAID ont lancé la distribution de 10 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticide (dont la perméthrine), mettant en péril le label biologique de nombreuses cultures de vanille sur l'île[26]. La pêche traditionnelle, pratiquée à pied ou au moyen de pirogues, emploie environ 50 000 pêcheurs répartis dans 1 250 villages. Depuis son indépendance, Madagascar a entrepris plusieurs plans gouvernementaux visant à transformer son économie agricole: Politique centralisée dans les années 1960, puis socialisme économique dans les années 1970-1980, pour enfin se diriger vers le libéralisme économique des années 1990. L’ADEPTA a organisé plusieurs missions d’entreprise dans les pays de l’océan Indien. Les éleveurs intégrés dans cette filière se procurent les poussins auprès d'accouveurs et les aliments auprès de sociétés spécialisés en aliments du bétail. L’insécurité alimentaire et le taux de malnutrition ont atteint un niveau alarmant depuis 2011 avec un pic de malnutrition aiguë de 14,5%. Il existe aussi une filière industrielle très minoritaire de poules pondeuses (600 000 à 650 000 têtes) et de poulets de chair (4 millions de têtes). Et son sous-sol regorge de ressources naturelles rares et non exploi-tées (Banque mondiale, 2016). Un nouveau Document Cadre de Partenariat (DCP) pour 5ans pourrait être élaboré fin 2014 et être suivi d’un Cadre d’Intervention Pays (CIP) plus concentré que le précédent. Centre Forestier de Recyclage –Thiès, 25 au 27 février 2003, Sénégal . Cet APE intérimaire est le prolongement de l'accord de Cotonou de 2000 qui, faisant suite à la contestation à l'OMC des préférences unilatérales accordées par l'UE aux pays ACP jugées discriminatoires, prévoyait la négociation d'accord de partenariat économique entre l'UE et les pays ACP par grande région, comprenant des ouvertures commerciales réciproques et asymétriques. Il a régressé au cours des 15 dernières années ; le cheptel étant de l’ordre de 10,3 millions en 1999. En novembre 2016, Madagascar renforce son partenariat avec le Maroc dans le domaine agricole, notamment avec la création et le développement d'une assurance agricole à Madagascar[12]. à ce titre, les PEDINPA doivent faire l’objet d’un traitement particulier en ce qui concerne l’aide alimentaire et l’assistance technique et financière notamment. Daewoo compte y produire de l'huile de palme et du maïs à moindre coût[10]. La vanille est exportée principalement vers l'Europe et le Japon. C’est ainsi qu’environ 85% de l’ensemble de la population habite dans les zones rurales, dont 80% accaparé par les activités agricoles : agriculture, élevage, pêche, forêts… de Cornell sur un programme de recherche, appelé programme Ilo, concernant l’économie de l’agriculture et la pauvreté à Madagascar. Madagascar est membre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) depuis le 17 novembre 1995. Les rendements restent faibles (2,5t/ha pour le riz, 1t/ha pour le maïs, 0,9t/ha pour le haricot). Mis en oeuvre à la demande du Groupe des États ACP, il est financé par le Fonds européen de développement à hauteur de 29,5M€ afin de soutenir durablement leurs exportations. Le bassin du lac Alaotra a été dernièrement retenu comme site pilote. Le nombre d’exploitations est de l’ordre de 2,4 millions[13]. Au sein de la COI, Madagascar est activement impliqué au sein du Programme Régional de Surveillance des Pêches (PSRP), financé par l’Union européenne : il met ainsi à disposition plusieurs de ses moyens nautiques de contrôle des pêches au profit d’opérations conjointes de surveillance. L'instabilité politique dans laquelle le pays est plongé est par ailleurs un facteur pénalisant pour la poursuite des négociations. priorités du ministère de l'agriculture à travers des projets d'appui aux petits agriculteurs et des projets d'agrobusiness. L'aquaculture est pratiquée en eau douce (pisciculture en étangs) et en eaux saumâtres et marines (production de crevettes 8 540t en 2012). Elle n’intervient que très peu dans celles de CO2. Après une grave crise politique ayant conduit le Président Ravalomanana à la démission en 2009, un régime de transition a été mis en place avec à sa tête M. Andry Rajoelina. Madagascar : un conflit d’entrepreneurs ? «Aujourd’hui, le marché de l’agriculture biologique est estimé à plus de 100 millions de dollars dans le monde dont 90% part à destination de l’Europe et des Etats-Unis. En 2012, l’AAFEX a signé une nouvelle convention avec l'AFD dans le cadre du renforcement des capacités d’exportations des entreprises bénéficiaires vers les pays du Nord et de la sous-région. Le CIRAD mène plusieurs actions dans le domaine de la coopération technique avec les principales institutions de recherche, les universités et les acteurs du développement (service de l’État, Institut Pasteur de Madagascar, …). En mai 2013, une cellule d’appui au développement de la coopération inter-entrepreneuriale entre Madagascar et Mayotte pour développer les échanges entre les deux pays dans la filière agroalimentaire, notamment celle de la viande et les produits fruitiers et maraîchers a été mise en place. Le maïs, le haricot et la patate douce sont les autres cultures vivrières importantes du pays. Le total des exportations françaises de produits agroalimentaires à destination de Madagascar s'est élevé en 2013 à une valeur de 35M€ (en baisse de 5% par rapport à 2012) pour un tonnage de 23 000t (en baisse de 21% par rapport à 2012). Elle n’a pas couvert tout à fait les besoins du pays ; il a fallu importer 200 000 tonnes. La Banque mondiale finance alors un projet de semences améliorées avec un investissement de $40 millions, espérant réellement doubler ce coup-ci la production de riz en 1 an[8]. Les rendements sont de 2,5 tonnes par ha environ, très inférieurs à ceux qu’on observe dans les pays asiatiques. La production de riz s’est développée, mais n’a pu suivre la croissance démographique. L’élevage laitier demeure secondaire. L’agriculture malgache a longtemps fourni assez d’activités et d’emplois pour absorber l’augmentation de la population rurale, même dans les zones à forte concentration démographique. Une intensification de la production figure parmi les priorités du ministère de l’agriculture à travers des projets d’appui aux petits agriculteurs et des projets d’agrobusiness. Les agriculteurs possèdent des méthodes d'agriculture traditionnelles dites "familiales" basées sur des calendriers ancestraux et des cycles climatiques bien définis. Madagascar produit seulement 7.000 tonnes de cacao par an (2016), une production en grande majorité destinée à l'exportation avant transformation[19]. Le premier poste en valeur est représenté par les exportations d'aliments pour animaux (12M€, en baisse de 19%, pour un tonnage de 8 600t, en baisse de 23%). L’agriculture emploie un cinquième des travailleurs des Caraïbes et produit une partie considérable du revenu de la région. Les sols sont vitaux pour la survie de l’humanité. En dépit de cela, Madagascar ne parvient pas à s’ex-tirper de l’ornière de la pauvreté et du sous-développe-ment, voire … Dans chaque région concernée, ils permettent de financer des investissements hydro-agricoles, le renforcement des associations d’usagers et des organisations de producteurs, du conseil technique en agriculture et élevage, des actions de sécurisation foncière. Est/Hauts Plateaux - 15M€ sur 2006-2013). Le manioc est, après le riz, le deuxième aliment de base de la population malgache. Madagascar dispose d'essences de bois variées. Il existe toutefois quelques cultures de rente : litchis, vanille, épices… procurant des recettes d’exportation. La Direction générale de l’enseignement et de la recherche (DGER) a été partie prenante dans la formulation du projet de coopération universitaire franco-malgache MADES 2007- 2010. Comme le riz, 60 % de la production du manioc est réservé à la consommation domestique. Le riz constitue même le moteur du développement économique du pays. Le secteur agricole représente 29,1% du PIB du pays et emploie plus de 80% de la population active. Madagascar est toujours un pays à vocation agricole : sur les 21 926 221 d'habitants (estimation de la CIA en 2011), environ 78 % de la population vit encore en milieu rural soit 17 102 452 personnes. Le processus a conduit à l'élection de M. Hery Rajaoramampianina à la tête du pays. Monoxyde de carbone, oxydes d’azote et de soufre, particules fines, COV, métaux lourds, radioactivité… 1. Des élections présidentielle et législatives se sont tenues fin 2013. Filières de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche, et Actions du Ministère de l'Agriculture, de l'Elevage et de la Pêche Page 4 DE 10 Filière Maïs Fiche n° 108 •Culture semi-intensive : utilisation de fumure minérale et de variétés améliorées. Quant au protoxyde d’azote, la productio… Madagascar s'est également engagé dans la négociation de l'accord de partenariat économique (APE) pour la région de l'Afrique orientale et australe (East and Southern Africa (ESA) en anglais). Aussi, d’exportateur jusqu’aux années 1970, Madagascar est-il devenu un pays importateur. En 2013, la Commission de l'Océan Indien a souligné le rôle que pouvait jouer Madagascar comme «grenier alimentaire de la région Océan Indien». De plus, à ce jour, l'éducation scolaire est proposée à toutes les couches de la population sans tenir compte de leurs spécificités : zones d'implantation, différences culturelles, sexe, couche sociale…. La dernière modification de cette page a été faite le 23 décembre 2020 à 20:25. ... réel problème de salubrité à la ville. Aller à la recherche, Télécharger la fiche Madagascar - collection 2015 (PDF, 242 Ko). En 2013, un Programme sectoriel agriculture élevage et pêche (PSAEP) est élaboré jusqu’à l’horizon 2020. Les populations rurales pratiquent une agriculture essentiellement vivrière où le riz joue un rôle prépondérant. L’agriculture souffre de handicaps importants (érosion, épuisement des sols, aléas climatiques, manque d’infrastructures…) induisant une faible productivité. L’élevage concerne plus 70 % des ménages ruraux malgaches, c’est dire son importance dans la vie économique du pays. Madagascar est un pays ACP (Afrique-Caraïbes-Pacifique) et un PMA (Pays les moins avancés). Madagascar bénéficie du régime Tout sauf les armes (TSA), initiative adoptée par le Conseil de l'Union européenne en février 2001, qui organise une relation commerciale asymétrique en faveur des seuls PMA en leur donnant un accès au marché communautaire en franchise de droit et de quota, à l'exception des armes, et sans condition de réciprocité. Le cheptel ovin comportait 700 000 têtes et le cheptel caprin 1,2 million de têtes environ en 2004-2005 selon les données du recensement de l'agriculture[21].